Translate

lundi 11 février 2013

Le distillateur ambulant



Celui que l'on a l'habitude d'appeler à tort le bouilleur de cru , est, en fait 
le distillateur ambulant. Il s'agit d'un véritable métier qui consiste à passer 
de village en village avec le matériel nécessaire à la transformation des 
fruits fermentés en eau de vie. 

Le bouilleur de cru est celui qui bénéficie d'un privilège  : le droit de" bouillir", 
donc de produire sa propre eau de vie.
Existant depuis l'époque Napoléonienne, ce privilège permettait une exonération 
des taxes sur une certaine quantité de litres d'alcool. 
Or la transmissibilité du privilège par héritage n'existant  plus depuis 1960, 
rares sont encore ceux qui disposent encore de ce droit.






Mais à proximité du Périgord , il n'est pas rare à cette saison de rencontrer cette
tradition chère à tous les amateurs du breuvage des campagnes, la fameuse eau de vie,
 de prune, de pommes ou de poire .







Imaginez une roulotte ou une cabane en tôle ondulée, 
équipée intérieurement du traditionnel alambic, avec maints entonnoirs , 
bidons, et une grosse quantité de bois nécessaire 
à la distillation.







Les fruits ayant été stockés depuis l'été, et ayant fermenté pendant plusieurs mois, 
n'attendent plus qu'à être transformés en alcool.







Le liquide qui sort de l'alambic est clair comme de l'eau, mais sa teneur 
en alcool est impressionnante ( souvent plus de 45°)
Les vapeurs elles-mêmes sont alcoolisées et montent à la tête.






Mais le distillateur , appelé dans ma région, " lambinier", semble imperturbable,
et en tout cas insensible aux vapeurs qui l'entourent.







Chacun , prévenu sans doute par quelque petite annonce locale, 
attend patiemment de pouvoir remplir ses bouteilles de verre
pour faire ses réserves...







Servie en fin de repas en signe de convivialité, 
la gnole sert aussi à  faire 
des fruits à l'eau de vie (cerises, prunes..)
ou des liqueurs-maison (cassis, vin de noix, vin d'orange etc). 
Ce nectar ancestral était également utilisé pour
cicatriser les plaies...du temps de nos grand-mères.




1 commentaire:

  1. What a wonderful post! We had our "Eau de vin - a la maison" in the old days from our neighbour and another destillateur nearby!
    xxxk

    RépondreSupprimer