Translate

jeudi 5 novembre 2015

chaussures de soie





Le port des talons pour l'esthétisme, remonterait au 16 ème siécle.
Ce serait la menue Catherine de Médicis qui aurait fait venir ses talons 
de Florence, lors de son mariage.
Les stilettos actuels de 10 à 12 cm de haut, (mais moins aiguilles),
faisaient déjà fureur au 17 ème, à la Cour.






 Pendant toute la période Louis XV , la chaussure féminine a fait preuve
 d' un raffinement incroyable dans l'ornementation : soie brochée, velours,galons,
 ruchers,broderies de fils d'argent, boucles, noeuds,
le tout assorti à la robe ou au manteau de la robe (grands plis dans le dos).









Le cuir disparaît derrière l'étoffe aussi bien intérieurement qu'extérieurement.









La chaussure qui est par destination l'accessoire de mode qui s'abîme le plus, 
qui s'use, qui dure, qui fait souvent souffrir le pied, semble entièrement vouée 
à l'apparat. Etonnants souliers fragiles et si bien conservés....
dans les musées .









dentelle métallique e, talon bobine recourbé, cintré évasé,






Délicate soie rose et rebrodée d'argent ...à se demander si cette paire
a été utilisée






surpiqûres colorées,à cambrure et bouts pointus, 





Vermicelles d'argent brodé





Certainement fabriquées avec la même soie que celle de la robe,
à liseret vert tendre et languette recouvrant tout le pied






Broderies, y compris au talon. Il devait falloir déployer d'infinies 
précautions pour ne pas abîmer ces derniers !
Et pourtant le sol était ou boueux ou juste empierré ...














Le boucles à elles seules mériteraient aussi une variation sur ce thème




























 Touts ces exemplaires merveilleusement conservés appartiennent à des musées 
( Met Museum, Bata shoes Museum...), 
Bien sur , il arrive que de  belles paires de souliers se vendent
encore aujourd'hui, c'est juste une question de prix....
Encore que, elles ne sont pas plus chères que des Louboutin...mais juste immettables!














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire